Thérapie de couple

Thérapie de couple 

 

Le couple peut être touché par des moments de souffrance liés à un évènement précis ou à une mésentente sévère et que la communication se fasse de plus en plus difficilement.

La notion de couple est considéré comme une entité à part entière, composé de deux systèmes distincts porteurs d’attentes, de besoins, d’histoire…
La thérapie de couple vise à aider à prendre conscience des besoins de chacun et des noeuds qui entravent la relation.

Il s’agit d’identifier ce que chacun projette dans le couple et de rechercher les éventuels dysfonctionnements au sein des différents systèmes.
On s’interroge sur la nature du lien qui unit deux individualités, on cherche à mettre en place des réaménagements de façon à harmoniser la relation et améliorer la communication.

La communication joue un rôle prépondérant dans l’équilibre d’un couple.
Lorsqu’elle se déroule sur un mode dysfonctionnel, l’intervention d’un thérapeute peut aider à rétablir un dialogue devenu absent.
Il permet de mettre à jour au sein du couple ce qui se rejoue des éléments de l’histoire de vie de chacun et qui se traduisent souvent par des désaccords sur des façons personnelles de voir les choses.

Le thérapeute rend alors compréhensible le mode de fonctionnement, la position et les rôles de chaque conjoint au sein du couple.

La thérapie de couple se révèle être d’une grande bienveillance.
Elle est avant tout respectueuse de la singularité de chacun et du système formé (le couple).

Le thérapeute va permettre de repérer ce qui vient de soi et ce qui vient de l’autre et aider à renouer avec une parole perdue en posant des mots sur la situation actuelle.
Se dire des choses devant un professionnel est essentiel.
Cela permet de sortir de la logique de guerre : les ressentiments s’apaisent, ce qui n’entraîne plus la même réponse de la part du conjoint.

Voici quelques raisons qui devraient vous pousser à consulter afin de régler les problèmes avant qu’ils ne prennent trop d’ampleur :

  • Absence de dialogue, incompréhensions
  • manque de confiance en l’autre
  • jalousie excessive
  • infidélité
  • frustrations au sein du couple
  • addictions diverses entraînant des problèmes conjugaux
  • violences verbales ou physiques dans le couple
  • troubles ou comportements sexuels
  • séparation ou divorce envisagés

Comment cela se passe ?
Lors de la première séance, je vous reçois ensemble afin de vous entendre et ensuite je vous reçois une fois séparément afin d’avoir le ressenti personnel de chacun de vous sans le regard de l’autre.
Ensuite nous reprenons les séances en couple.
Le rôle du thérapeute est de vous poser les bonnes questions, d’apporter des amorces de solutions à travers des exercices, des jeux de rôle afin de comprendre les projections faites sur le partenaire.
Par identification à l’autre dont on joue le rôle, il se crée un double regard sur ce qui s’est tramé durant un conflit.
En mettant « en scène » cette instance, le couple prend conscience que la crise qu’il traverse appartient parfois au passé plutôt qu’à l’histoire actuelle.
L’idée est de travailler autrement que par les reproches et de mettre en lumière certains mécanismes inconscients.
Il peut s’agir aussi d’apprendre à faire certains compromis.

Le thérapeute est le tiers au service du couple. En aucun cas il ne prend parti pour l’un ou pour l’autre. Médiateur, il crée une relation de confiance avec les deux partenaires.
Le but ultime du thérapeute est de faire en sorte que votre couple règle ses conflits au mieux et regarde vers l’avenir d’une façon apaisée, sereine et confiante.
Si vous vous investissez vraiment tous les deux, il y a de fortes chances pour que la thérapie débouche sur une nouvelle vie pour votre couple.

Mais vous pouvez aussi être amenés à consulter parce que vous avez décidé de vous séparer. Il n’est pas dans le rôle du thérapeute de vous forcer à rester ensemble. Dans ce cas, le thérapeute fera en sorte que vous vous posiez les bonnes questions afin de prendre votre décision de façon sereine.

Les séances sont généralement hebdomadaires mais en cas de grande crise elles peuvent avoir lieu deux fois par semaine au début de la thérapie.